Les femmelettes écrasent les machos

Un-amas-d-etoiles-en-creation-situe-dans-la-Voie-Lactee Il y a un peu plus de cent ans un obscur employé au service des brevets de Berne dynamitait tranquillement rien moins que la conception du monde de ses contemporains.

Le temps et l’espace étaient relatifs, la notion de simultanéité n’avait pas de sens, la masse c’était de l’énergie, la lumière c’était à la fois une onde et des particules, dont la vitesse était indépassable bref, tous les physiciens retournaient en cours préparatoire pour apprendre à compter.

Pendant vingt ans, tout le monde s’est agité, et au lieu d’enfermer l’hurluberlu, on a fini par lui donner un prix Nobel, malgré qu’il ait entre temps affirmé que les rayons de lumière étaient courbés par les forces de gravitation, et autres zakouskis hermétiques que de guerre lasse, on appela relativité générale, qui sonnait mieux que subjectivité extrapolée ou variété pseudo-riemanniene quadri-dimensionnelle.

Pendant près d’un demi-siècle, on resta sur les mêmes idées qu’on développa sans vraiment les prendre en défaut, donnant naissance à toute un peuple d’atomes, protons, électrons, neutrons, grosso modo des concepts à la portée d’un enfant de 5 ans, puis plus tard quarks, gluons, bosons, déjà un peu plus exotiques, avec leur couleurs, charmes, étrangeté, beauté…

Dans le ciel, il y avait les étoiles.

Assez rapidement on s’aperçut qu’elles s’éloignaient les unes des autres et que cela pouvait être expliqué par une expansion de l’univers. Une hypothèse d’ailleurs formulée par notre allemand chevelu, même si lui n’y croyait pas

Les étoiles étant en interaction par les forces de gravitation (elles s’attirent sous l’effet de leurs masses), l’observation de leurs mouvements devrait être en relation avec ce qu’on sait des masses ds étoiles.

Et alors là surprise. il manque 80%-90% de la masse. Vu les mouvements observés, on peut assurer avec certitude que la plus grande part de la matière nous reste invisible

C’est là qu’apparaissent deux candidats, les WIMPs (femmelette, mauviette en anglais) et les MACHOs.

Les Weakly Interacting Massive Particles, des particules nouvelles, qui n’interagiraient que très peu (d’où la difficulté à les repérer) et rempliraient tout l’espace, et les Massive Compact Halo Objects, des objets énormes, faiblement lumineux, genre étoile morte, l’étape avant le trou noir, (ce genre de truc dont un dé à coudre de matière pèse un milliard de tonnes).

Jusqu’à récemment, on hésitait entre les deux théories.

C’est alors qu’on a lancé Hubble, un mignon téléscope de 11 tonnes en orbite à 600 kms de la terre, pour pas être dérangé par les moustiques et la fumée de barbecue des voisins. (en 1990)

On a pu ainsi regarder le ciel au fond des yeux. Compter les étoiles dans notre galaxie, la Voie Lactée. Environ 200 milliards. Compter les galaxies. Environ 100 milliards. (oui, ça en fait des candidats à des planètes « vivables »). Et encore, c’est que le visible. On sait pas ce qu’il y a au-delà

Et compter les MACHOs. Et là bingo, les MACHOs ne font pas le poids.

Donc on pense que l’univers est peuplé de femmelettes. Beaucoup beaucoup, puisque ça fait dans les 10 fois le poids de toutes les étoiles (environ 10^^80 atomes, pour ceux qui aiment les chiffres)

Mais tellement peu courageuses qu’elles se cachent. En gros on arrive pas à les voir ou à leur taper dessus.

Alors on a créé des petits lieux cosy, où on n’est pas dérangé, comme une cave sous le tunnel du mont-blanc, à 1700 m sous-terre. Là on espère en voir une demi-douzaines en deux ans. Si, si on ne rigole pas.

Si on trouve ces 6 là, on pourra en déduire que l’ensemble de l’univers, à 90% est fait de ça. C’est beau non ?


Allez c’est pas fini. Il y a un bonus.

Donc d’abord on n’est qu’une planète sur les huit du système solaire (Pluton, a été dégradée, vous ne saviez pas ? Trop de mauvaises fréquentations dans son entourage. Une vraie planète doit savoir se faire respecter)

Ensuite notre soleil n’est qu’un étoile parmi des dizaines de milliers de milliards de milliards. (ça calme)

Ensuite toutes ces étoiles ne sont qu’environ un dixième de la matière existante.


Mais en plus il y autre chose. Autre chose que de la matière.

On ne sait pas très bien quoi. On l’a appelé énergie du vide, ou énergie sombre.

Son existence découle de l’observation de l’accélération de l’expansion de l’univers. Oh c’est pas très rapide. Environ x3 tous les 15 milliards d’années. Mais ça accélère. Et en gros, c’est l’énergie sombre qui produit cette accélération. ça représenterait 70% de l’énergie de l’univers, en vertu des équations du vieil Albert, qui sont toujours valides (il parait qu’à trois ans il parlait toujours pas, il s’est bien rattrapé).

Et les 30% qui reste, c’est la matière de l’univers. Oui E=mc2, je vous rappelle.