Developpers, developper, developers….

Qui n’a jamais vu Steve Ballmer hurlant la chemise bavante qu’il avait besoins de developpers, developper, developers… ne peut pas comprendre à quel point ces petits êtres fragiles, moqués dans les soirées mondaines, sont l’oxygène dont a besoin pour vivre un vendeur de système d’exploitation. Si, vraiment.

screen-capture.png

C’est tout le pari récent de Steve Jobs sur l’iPhone.

L’iPhone a été lancé comme un 3-en-1: Ipod, Téléphone, Internet. Et c’est tout. Pas d’applications. Du tout.

iphone-edge.jpg

On a même crû un instant que seules les web apps seraient autorisées (ces trucs pour enfant accessibles par un navigateur internet).  

Et puis non. L’Application Store a été lancée. Le kit de développement a été distribué gratuitement à des milliers puis dizaines de milliers puis centaines de milliers de développeurs, en quelques mois.

Et la richesse d’application est devenu l’argument de vente majeur. L’Iphone atteint 50 Millions d’unités vendues. Soit 3 à 4 fois les espérances affichées initialement. 180 000 applications sont disponibles, 4 milliards d’applications téléchargées, un succès sans précédent dans l’histoire de l’informatique.

iphone-application-300x189.jpg

Mais avec 25% de part de marché sur les smartphones, l’iPhone se retrouve maintenant en situation de leader et doit défendre ses positions face à Androïd, de Google. La bataille étant assez inégale puisque Google a environ 1,5 Md d’utilisateurs et distribue son OS gratuitement. Et Androïd se défend bien, ayant déjà atteint 9% de PdM en février, malgré une experience utilisateur nettement moins bonne mais porté par des prix inférieurs.

Parallèlement la concurrence entre développeurs est tellement forte que les prix sont écrasés (la moitié des applications payantes est à 1$), et qu’il devient difficile pour eux de gagner leur vie. De fait, le revenu moyen généré par appli est d’environ …1500$. Ca paie pas grand chose. C’est heureusement plus pour les applis les plus sérieuses.

Apple joue donc gros.

iphone-os-4-0302-rm-eng.jpg

C’est pourquoi il a mis le paquet pour les choyer:

– la dernière mouture de l’iPhone Os (4.0) comprend 1500 nouvelles APIs (des morceaux d’appli pré-machées) contre seulement une centaine de nouvelles fonctionnalités pour l’utilisateur final. Avec un soin particulier pour permettre le multi-tâche, c’est-à-dire l’utilisation de plusieurs applis en même temps. Et la limite du nombre maximal d’applis étendu de 180 à 2160

– les applis parasites du style « bouton d’appel de ma soeur » ont été supprimées de l’app Store

– une régie publicitaire est lancée qui va permettre à des développeurs de gagner de l’argent sur des applis gratuites

– les applis développées sur des outils non apple sont interdites; ce qui est une autre façon de dire que seuls les développeurs de l’univers apple, ou qui s’y mettront, pourront profiter du marché iPhone et iPad

– pour les jeux, et donc attaquer le marché des gameboys et ds, un réseau social multi-jeux, disponibles pour tous afin de comparer ses performances et inciter à utiliser de nouveaux jeux

Et il faut bien voir qu’il s’agit bien d’aider les développeurs pour rendre l’ecosystème séduisant (et vendre du hardware), et non pas de tirer des revenus directs de la vente de logiciels: le CA iphone + iPod Touch en cumulé fait autour de 40Md $. A comparer au CA applications, environ 100m$, soit 400 fois moins…

Developpers, developper, developers… à vos claviers.

iphone-os-4-0366-rm-eng.jpg

Iphone Again (iDisk)

Petite nouvelle inaperçue: Apple a sorti une application iDisk, qui permet d’accéder à son disque dur personnel depuis son iPhone (et de lire ses docs, Microsoft ou autre). Si tant est que vous soyez abonné à MobileMe le service de synchro associé.

C’est pas très nouveau, d’autres le font déjà, mais poussé par le marketing d’Apple, ça prend l’allure d’un signal faible annonciateur de rupture d’usage.

Et en passant ça explique leurs gigantesques investissements dans des fermes de serveurs

Bientôt vous aurez toujours dans votre poche, en plus de votre musique, vos dernières photos, les photocopies de vos papiers, le plan du métro, quelques bouquins à lire, le dossier sur lequel vous travaillez. L’homo nomadis renait.

iPhone 2 en carton

Carton plein pour l’iPhone

Target

1 million d’iPhone 3G vendus en 3 jours.

Voilà qui confirme les oracles 😉

Les applis ont l’air de plaire également (10 millions de telechargement dans les jours de leur mise à disposition sur itunes Store).

Apple est en train de gagner son pari, l’ouverture d’une troisième ligne de produit, et bien de révolutionner l’industrie des télécoms

C’est le premier pas vers la connexion permanente en data mobile, qui va aussi un peu changer notre rapport au monde, puisqu’on aura toujours accès à toutes les infos possibles où qu’on soit. Un pas de plus aussi vers un monde en réseau social permanent

iPhone 2: parti pour un carton encore

Apple a sorti sa version 2.
Au menu:
– la 3G: ça permet de faire x2 à x3 sur les débits et donc de raccourcir les temps de chargement. Ceux qui utilisent quotidiennement l’iphone savent que ce n’est pas vraiment une révolution car en pratique on est souvent en wifi, qui est bien plus rapide. Mais c’est l’argument de vente qui touche ceux qui ne l’ont pas encore. Ceci dit, pour les privilégiés qui peuvent passer en HSDPA, (la plupart des grandes villes, avec un abonnement spécifique) le débit fait encore x 10. Là, ça change tout
– le GPS: tel quel, il risque d’avoir du mal à remplacer un GPS dédié dans la voiture (que de toute façon vous avez déjà acheté), mais il est possble d’installer une appli (TomTom a annoncé la sienne). L’usage principal devrait etre plutot piétonnier. Ceci dit , probablement un argument de vente fort également
– me.com: ça, ça devrait faire craquer plus d’un cadre sup : enfin une synchronisation PC/Mac/Phone garantie pour son agenda, ses contacts et ses mails. De plus compatible Exchange
– 16 Go de mémoire; ça commence à être confortable pour la musique et quelques films
– le tout deux fois moins cher, en tout cas aux Etas-Unis; en France les prix ne sont pas encore connus

En résumé, moins cher, avec les buzz words qui déclenchent l’achat d’impulsion, il est parti pour surfer sur la vague de l’internet mobile qui s’annonce brutale

Disponible en France à partir du 17 Juillet

L’iPhone va bien , merci

Apple a annoncé une baisse de 200$ du prix de l’iPhone, soit -33%.

 2007 09 Www.Engadget.Com-Media-2007-09-Apple-Beat-Event-120

L’action a aussitôt sévèrement chuté, le marché interprétant cela comme une preuve que les ventes sont plus mauvaises que prévues.

Or Apple maintient ses estimations à 1 million de iPhone vendus avant fin Septembre, (en 3 mois, pendant l’été) ce qui est quand même le plus grand succès jamais atteint pour le lancement d’un téléphone mobile.

Le point important est que le prix originel de l’iPhone a été annoncé dès janvier, avant que l’on sache si le buzz allait fonctionner.
Il y a donc toutes les chances que le prix de l’iPhone ait été initialement fixé pour atteindre les early adopters, c’est à dire à un niveau élevé, pour un segment de population nettement inférieur à un million de ventes en 3 mois. Qui en effet aurait pu prévoir un tel engouement?
L’ipod lui-même a mis 3 ans avant de dépasser le million de ventes trimestrielles.
On pourrait répondre que près de 10 millions d’ipod ont été vendus le trimestre précédent, mais il s’agit de chiffres monde (apple fait la moitié de son CA en dehors des Amériques), à un prix moyen de 160$.
Donc vendre 1 million de téléphones à 600 $, sur les seuls USA, en 3 mois, en le conditionnant à un contrat ATT de 2 ans, c’était loin d’être gagné d’avance.

Mais le buzz a été exceptionnel (évalué à 400 millions de $ en dépenses publicitaires), l’accueil des clients est enthousiaste.
Tout porte à croire que les ventes sont supérieures à ce qui était prévu en janvier, et cela malgré le fait que l’intéret pour l’iphone 4 Go semblent faible (tonalité majeure ds commentaires sur internet, ventes sur ebay), ce qui est probablement confirmé dans le fait qu’on l’arrête

Le scénario le plus probable est donc que Apple a dépassé son plan de marche, que les coûts fixes ont été amortis plus vite que prévu, et qu’il est possible de passer à la vitesse supérieure plus tôt.

Comme il n’est probablement pas possible d’accélerer la sortie de l’iphone version 2 (3G), la meilleure façon d’écraser la concurrence pendant la saison des fetes, de créer rapidement une communauté de services et d’accessoires, est de baisser drastiquement le prix des mobiles.

Il ne faut pas oublier non plus qu’une part des revenus vient des opérateurs mobiles, et que celle-ci n’a pas été diminuée. Elle a même peut être été augmentée en Europe suite au buzz généré au S1.

Enfin , si on se place du coté du consommateur, qui veut un ipod plus gros pour y mettre plus de musique, y regarder des vidéos et ses photos, l’ipod Touch à 299$ est très attractif.

Et pour 100$ de plus, il a maintenant un mobile et un appareil photo: tentant, non ?

En conclusion, la baisse des prix est plutot le signal que Apple va vers une position très forte dans les téléphones mobiles

iPhone: la révolution en marche ?

Saurez-vous résister à l’iPhone quand il fera aussi navigateur ?

 2007 10 Images-4

Avec 500 000 iPhones vendus en une semaine, l’iPhone dépasse les prévisions les plus optimistes.

Sans m’être avancé sur des chiffres, je peux dire que je ne suis pas surpris

Et maintenant ?

Le dilemme pour les opérateurs de téléphonie c’est que
– d’un côté l’iPhone pourrait enclencher, avec les terminaux concurrents à venir, un usage data en mobilité, leur apportant ainsi sur un plateau le Chiffre d’affaires additionnel qu’ils n’ont pas su créer ces 5 dernières années (hors SMS l’usage data dans le grand public est quasi inexistant)
– de l’autre il leur enlève à la fois la maîtrise de l’identité client (la dépose de cookie fonctionne sur l’iPhone) et celle de la localisation (mon pari personnel: la V2 qui sortira en fin d’année comprendra un gps, avec un peu de chance aussi en Europe), et donc il les menace d’être cantonné à terme au rôle de tuyau à faire transiter les données

Un regard objectif basé sur ce qui se passe sur l’adsl montre que les tuyaux, ça rapporte finalement pas mal, au moins à court terme, si tout le monde se rue pour avoir son tuyau.
Les opérateurs Européens vont certainement reconsidérer leur négociation pour avoir l’exclusivité iPhone, maintenant qu’ATT vient d’engranger environ 400 000 000 $ de CA additionnel en 4 jours (à étaler sur les 2 ans à venir)

Enfin, d’un point de vue technique, l’architecture logicielle à base de widget standardisé va probablement susciter énormément d’intérêt de la part des développeurs, et donc un écosystème de services pour les clients.

Peut être que la prophétie arrogante de Steve Jobs
« après avoir révolutionné l’informatique personnelle et l’industrie musicale, Apple va révolutionner la téléphonie »
pourrait être fondée.

Iphone
l’iPhone tel qu’on le fantasmait en 2004

iPhone succès annoncé

Apple s’est rarement engagé sur des volumes de ventes. Il l’a pourtant fait avec l’iphone en promettant de prendre 1% de part de marché en 18 mois, soit 10 millions de iPhone. Cela montre leur confiance en eux.

 Iphone Usingiphone Images Guidedtour Hero20070626

Cela va se faire sans mal pour la simple raison que l’iphone est d’abord un ipod et que Apple a déjà vendu plus de 100 millions d’Ipod. Et il manque dans leur gamme un terminal simple pour lire des videos sur grand ecran…

Ensuite parce que 1% de marché, c’est pas la mer à boire, surtout quand on a sorti le produit le plus discuté de l’histoire récente, et qu’on a une trentaine de millions de clients sur mac qui vous regardent l’oeil enamouré.

Enfin, il y a un réel bénéfice à avoir un produit triple (ipod musique+ vidéo, telephone, browser internet).

il ne reste plus qu’à faire craquer un operateur europeen et c’est OK

P.S: le provisionning sur iTunes permettrait d’empêcher le vol: joli coup non ?