Le nouvel iPad d’Apple (en vrai)

hero_20100127.png

Suite de mon article d’il y a 6 mois : fin de la rumeur et bilan des courses.

J’étais pas trop loin:

– 64 Go, 700$ comme attendu en version Wifi. Le 3G pas obligatoire

– sortie pas encore annoncée donc pas loin de la mi-année

– positionnement un peu attappe-tout, mais plutôt loisir, y compris le jeu, avec un accent sur les capacités vidéo

– un côté familial avec le partage des photos, les jeux et YouTube pour les enfants

– option e-book quand même

– un produit qui n’est pas un ordinateur, avec peu de logiciels de base (d’ailleurs c’est l’OS de l’iphone)

– j’avais trouvé le nom 😉

Du côté des surprises:

– elle est plus grande que prévue (9,7″) soit 24x19cm

– elle est …moche, peut-etre pas, mais lourde, avec son epaisseur de 1,34 cm et ses bords noirs énormes

– elle a une autonomie impressionnante (10H)

– elle a un prix d’entrée de gamme massacré à 499$ dans la version 16 Go

En réalité je suis un peu déçu, j’aurais aimé quelque chose de plus joli et plus petit, mais à la réflexion, c’est probablement le meilleur compromis pour faire un marché de masse. Plus petit aurait impliqué un usage plus nomade, et donc du 3G, et donc des coûts de connectivité trop importants

Le fait qu’il y ait 6 options RAM/ 3G est d’ailleurs très révélateur de l’incertitude d’Apple, ou de la segmentation des besoins , encore immatures.

Enfin, à 499$, on a un prix d’appel impressionnant.

Du coup, ça devrait faire de belles ventes quand même…

Publicités

L’avenir de la musique en ligne

Ça fait plaisir de voir un peu de réflexion structurée sur l’avenir de la musique, une de mes marottes, et je vous invite à lire l’article.

Mais je suis pas d’accord avec tout:

1) accélération de la chute du marché physique: oui, il n’y a plus d’usage CD.

Et puis comme toutes les études montrent que les pirates sont aussi les plus gros consommateurs, la loi hadopi, très mal vécue, va générer des envies de vengeance en stoppant les achats physiques

2) itunes a mangé son pain blanc: oui et non

c’est vrai que la gestion de milliers de titres touche ses limites par la complexité qu’elle impose au consommateur mais il ne faut pas oublier que itunes s’est imposé contre les systèmes d’abonnement:

les gens n’étaient pas prêts à ne pas posséder la musique (la situation qui prévalait alors, avec les DRMs ) dc pour remplacer itunes, il faut soit trouver un système où les gens continuent à posséder quelque chose, (avec toute la difficulté liée à l’achat de biens digitaux) soit que les usages changent de la possession au service

Et les usages de propriété ne changent pas vite du tout. c’est même le contraire qu’on voit dans la plupart des domaines: les services se matérialisent: on prefère acheter que louer, quitte à revendre d’occasion.

D’où l’idée des nouveaux services, de faire du streaming mais financés par la pub.

A supposer que le streaming continue sa percée, il faudra quand même qu’il fasse ses preuves face aux radios gratuites et qu’il soit capable de génerer des flux intelligents, ce qui n’est pas si facile. De nombreux moteurs de reco sont vite lassants.

Face à ça il est douteux qu’itunes reste inactif. Déjà Apple a introduit les Mélanges Genius qui sont bien ça. Le fait qu’ils soient aujourd’hui peu pertinents n’est pas éternel, et on voit mal pourquoi itunes ne pourrait pas copier deezer ou spotify. Je soupçonne que la réécriture complète de itunes actuellement en cours apporte de nouvelles fonctions de streaming

La limite étant quand même que le business model de apple est basé sur la vente de matériel, c’est-à-dire de receptacles à des fichiers (la raison pour laquelle on n’a pas de radio fm sur les ipods), bien plus rentables que le business de la musique . On peut imaginer que ça retarde l’évolution vers le streaming.

Mais leur position concurrentielle est tellement forte que je les imagine mal se faire grignoter sans contre attaquer (qui d’ailleurs aurait leur puissance marketing ?)

3) la musique enfin mobile: oui mais

oui, techniquement on peut faire, mais économiquement ça reste beaucoup trop cher: ce qui est fait aujourd’hui n’est pas soutenable par les opérateurs réseau à grande échelle; et ça ne devrait pas changer vite: les fréquences sont des ressources rares.

Par contre le mobile devient bien la télécommande ultime, donc chez soi (wifi) pas de problème

4) fin du mp3: à court terme coexistence en tout cas

je crois à un retour de l’album, pour se rapprocher du concept originel de l’artiste. (Je ne parle pas du bas de marché qui achète le dernier tube à la radio, mais des gros consommateurs). Et c’est plus facile à gérer sous forme de fichier, mp3 ou autre. Voir d’ailleurs l’initiative intéressante des LP iTunes

La radio n’a pas tué la presse: c’est intrinsèquement humain de vouloir posséder ce qui fait plaisir. les cueilleurs ont vaincu les chasseurs

Si mon analyse d’un retour à l’album est juste, ce sera un frein au streaming, dont il faut bien comprendre qu’il est d’une victoire de la logique de consommation (le robinet à musique) sur celle de la création (voilà tout ce que j’ai à dire maintenant, en 12 titres). Et cette logique de consommation, je la vois faiblir, sous la double pression de la crise, qui remet en cause l’achat compulsif, et de l’éducation musicale forcée, à écouter toutes ces musiques acquises gratuitement et illégalement

On verra peut être une hybridation, à l’image de ce que fait itunes avec Genius (decidement !): j’ai un fichier et je déclenche un streaming de titres pertinents, demain peut etre avec des titres qui ne sont pas dans ma bibliothèque

5) disparition du P2P: oui

mais remplacé par les download pirates à la rapidshare

Le constat avait été fait dès 2006

7) plusieurs plateformes gagnantes: oui, mais quand

Tant qu’apple a le monopole des lecteurs mp3, itunes store reste un passage obligé.

Tant que la musique ne peut pas etre économiquement mobile (voir 3) il faut bien acheter des fichiers.

8) playlists: bien vu

9) mxp4: euh ?

j’y crois pas du tout. les marchés de masse ne sont pas des marchés de créatifs mais de consommateurs, depuis toujours.

Déjà que les musiciens ont de plus en plus la flemme de faire de la musique, merci les DJs, alors le grand public…

10) le marché de musique croit: c’est dejà le cas… .

.. si on inclut la musique vivante (les concerts)

Mais il ne faut pas oublier que le marché de la musique s’est construit sur une double escroquerie:

– celle des majors qui ont accaparé une grosse partie de la valeur en contrepartie de leurs efforts de marketing, au détriment de la création, pour pousser des tubes éphémères vite oubliés par l’histoire

– celle de l’album, où l’on vendait un CD entier à des clients qui voulaient le tube

Du temps de l’age d’or du CD, on achetait 20-25 euros un produit qu’on écoutait 1,2 fois. Je ne crois pas qu’on retournera à cet état de marché; dit autrement, il y a encore de la marge pour effondrer la vente des contenus

Les artistes vont devoir faire un effort de créativité énorme pour inventer de nouvelles formes d’échange avec leur public, c’est-à-dire en donnant plus de contenu (images, textes, clips), des bouts d’intimité, pour nourrir le mythe (et non pas du mpx4 pour le déconstruire…)

Dans un post récent , je renvoyais à paul graham qui rappelait qu’on ne vend pas du contenu, mais un support facile d’accès.

Dans le cas de la musique, on vendra de plus en plus une expérience (le concert) et des supports de contenu qui se rapprochent d’une expérience en rentrant dans l’intimité de l’artiste. L’artiste sera de plus en plus total (multimédia), et toujours une construction marketing (un concept, un spectacle). c’est pas gagné que tout le monde y arrive.

A l’inverse, et pour finir sur une note optimiste, tout le monde consomme maintenant de la musique en permanence, ce qui étend le marché potentiel, une fois qu’on aura trouvé le nouveau support miracle


Le nouvel iPad d’Apple

Une fois n’est pas coutume, on va faire un peu de futurologie.
Apple va sortir mi-2010 une tablette tactile d’environ 8″ d’écran.

Scenario 1:

La cible visée sera assez réduite: des gens qui ont déjà un smartphone et un ordinateur portable et recherchent un outil confortable pour les fois où ils ne veulent pas emmener leur portable

Bien sur ça embarquera les outils de productivité classiques (mail, navigateur, calendrier, carnet d’adresse,..), bref MobileMe, mais aussi de distraction (musique, films).

Problème: s’il faut payer un deuxième abonnement data mobile (en plus de l’iphone) ça risque de faire cher pour beaucoup, même sur cette cible CSP+

Scenario 2:

Apple cherche à refaire le coup de l’iPod mais avec la vidéo. Il crée un catalogue de films digne de ce nom . L’Ipad reste prioritairement destiné à faire du Wifi, par lequel il se recharge en contenu, en passant par la box adsl.

Pour que le nomadisme ait un sens, le terminal peut etre raccordé à la plupart des télés modernes, en filaire (HDMI).

Problème: l’USP (Unique Selling Proposition) est faible, car on ne regarde pas si souvent que ça des films hors de chez soi, et dans les transports en commun, ce n’est ni confortable, ni très prudent

Scénario 3

On copie la stratégie du Kindle.

Vraisemblance faible: c’est une trop petite niche pour Apple, 5 à 10 x moins que l’iPhone et Amazon a une avance de deux ans au moins (sans compter les synergies avec les ventes online). En plus c’est compliqué à gérer (trop de pays avec chacun sa langue et ses auteurs)

Scénario 4

La télécommande universelle: depuis l’accès à sa télé (à travers l’Apple TV), en passant par l’outil de création musicale, la palette de dessin, le contrôle domotique. Une télécommande évoluée car elle permet d’afficher de l’info sur l’outil contrôlé (infos sur le film en cours, chat communautaire, etc…)

A mon avis une bonne piste, mais c’est encore un peu tôt pour en faire un business rentable

Scénario 5

La console de jeu. Cible adultes et enfants. De préférence avec une innovation dans les capteurs de position.

C’est déjà une tendance forte de l’iPhone, plus encore avec l’iPod touch, et ça a toutes les raisons de s’accentuer.

L’écosystème de l’AppStore, qui va assurer à Apple des revenus réguliers sur les logiciels, constituera un petit bonus, mais à la différence des Nintendo et autres, ce n’est pas la vente des logiciels qui représentera la source principale de rentabilité

Scénario 6 (pour mémoire)

Le terminal de communication familial, sur base ichat, permettant de faire de la voip et de la visioconférence à la maison (wifi), avec synchro des carnets d’adresse et des calendriers du foyer

Bof

Conclusion

En fait, un peu de tout à la fois.

Apple a maintenant une telle base de clients qu’il peut se permettre de sortir un terminal non spécialisé, appuyé sur l’écosystème de l’iPhone, l’Appstore, charge aux tiers de proposer des applications plus ou moins niche.

J’ai cependant du mal à croire que ce sera la seule différenciation

Mon pari est qu’il sera orienté fortement sur la vidéo (qualité d’écran, puces graphiques), aussi bien question services de contenu qu’interface utilisateur (pas mal d' »eye candy »), avec une connectivité wifi/bluetooth seulement (mais la possibilité d’utiliser l’iphone comme modem 3G), ainsi qu’un bond en termes de capacité mémoire (>64 Go)

Je ne serais pas surpris qu’il intègre aussi un outil Apple de prise de note manuscrites, même si je reste encore dubitatif sur la reconnaissance d’écriture automatique

Pour autant, ce ne sera pas un concurrent des netbooks, c’est-à-dire un produit positionné pour remplacer un ordinateur portable, plutôt un complément, orienté loisir, et qui à l’usage devrait être une plateforme de référence pour le jeu, bien que ce ne soit pas du tout la culture d’Apple

Etant donné l’absence d’USP, et le prix de détail (700-800$), sans subvention des opérateurs mobiles, les ventes devraient commencer léger, (beaucoup moins que l’iPhone), et susciter pas mal de commentaires mitigés, ce qui n’empêchera pas Apple d’y faire de la marge

Voilà c’était les prévisions de l’été, la semaine prochaine votre horoscope 😉

Iphone Again (iDisk)

Petite nouvelle inaperçue: Apple a sorti une application iDisk, qui permet d’accéder à son disque dur personnel depuis son iPhone (et de lire ses docs, Microsoft ou autre). Si tant est que vous soyez abonné à MobileMe le service de synchro associé.

C’est pas très nouveau, d’autres le font déjà, mais poussé par le marketing d’Apple, ça prend l’allure d’un signal faible annonciateur de rupture d’usage.

Et en passant ça explique leurs gigantesques investissements dans des fermes de serveurs

Bientôt vous aurez toujours dans votre poche, en plus de votre musique, vos dernières photos, les photocopies de vos papiers, le plan du métro, quelques bouquins à lire, le dossier sur lequel vous travaillez. L’homo nomadis renait.

Mac vs PC

Les pubs d’Apple sont un vrais succès.

Un vrai bijou à regarder: elles sont drôles et sous couvert d’apporter des réponses basées sur des faits, (avec des arguments en apparence solides) elles font passer discrètement l’idée qu’il faut être vraiment borné pour rester sur PC, en particulier avec le nouvel OS Vista.

Cela permet de toucher le coeur de cible (les jeunes qui s’équipent pour la rentrée scolaire et qui seront autant de prescripteurs pour leurs parents et grands-parents)

Tout a été travaillé: la différence d’age entre les deux personnages, l’attitude, l’habillement,l’embonpoint naissant; « PC » est exactement ce que ne veut pas devenir un jeune étudiant. Mais c’est fait avec humour et en définitive le personnage de PC est tellement attachant dans son combat perdu d’avance avec ses ruses pitoyables qu’on ne peut accuser Apple de tirer sur l’ambulance.

J’aime particulièrement celle où PC s’est déguisé en pizza gratuite…

200808212201

Technorati Tags: ,

iPhone 2 en carton

Carton plein pour l’iPhone

Target

1 million d’iPhone 3G vendus en 3 jours.

Voilà qui confirme les oracles 😉

Les applis ont l’air de plaire également (10 millions de telechargement dans les jours de leur mise à disposition sur itunes Store).

Apple est en train de gagner son pari, l’ouverture d’une troisième ligne de produit, et bien de révolutionner l’industrie des télécoms

C’est le premier pas vers la connexion permanente en data mobile, qui va aussi un peu changer notre rapport au monde, puisqu’on aura toujours accès à toutes les infos possibles où qu’on soit. Un pas de plus aussi vers un monde en réseau social permanent

iPhone 2: parti pour un carton encore

Apple a sorti sa version 2.
Au menu:
– la 3G: ça permet de faire x2 à x3 sur les débits et donc de raccourcir les temps de chargement. Ceux qui utilisent quotidiennement l’iphone savent que ce n’est pas vraiment une révolution car en pratique on est souvent en wifi, qui est bien plus rapide. Mais c’est l’argument de vente qui touche ceux qui ne l’ont pas encore. Ceci dit, pour les privilégiés qui peuvent passer en HSDPA, (la plupart des grandes villes, avec un abonnement spécifique) le débit fait encore x 10. Là, ça change tout
– le GPS: tel quel, il risque d’avoir du mal à remplacer un GPS dédié dans la voiture (que de toute façon vous avez déjà acheté), mais il est possble d’installer une appli (TomTom a annoncé la sienne). L’usage principal devrait etre plutot piétonnier. Ceci dit , probablement un argument de vente fort également
– me.com: ça, ça devrait faire craquer plus d’un cadre sup : enfin une synchronisation PC/Mac/Phone garantie pour son agenda, ses contacts et ses mails. De plus compatible Exchange
– 16 Go de mémoire; ça commence à être confortable pour la musique et quelques films
– le tout deux fois moins cher, en tout cas aux Etas-Unis; en France les prix ne sont pas encore connus

En résumé, moins cher, avec les buzz words qui déclenchent l’achat d’impulsion, il est parti pour surfer sur la vague de l’internet mobile qui s’annonce brutale

Disponible en France à partir du 17 Juillet