Developpers, developper, developers….

Qui n’a jamais vu Steve Ballmer hurlant la chemise bavante qu’il avait besoins de developpers, developper, developers… ne peut pas comprendre à quel point ces petits êtres fragiles, moqués dans les soirées mondaines, sont l’oxygène dont a besoin pour vivre un vendeur de système d’exploitation. Si, vraiment.

screen-capture.png

C’est tout le pari récent de Steve Jobs sur l’iPhone.

L’iPhone a été lancé comme un 3-en-1: Ipod, Téléphone, Internet. Et c’est tout. Pas d’applications. Du tout.

iphone-edge.jpg

On a même crû un instant que seules les web apps seraient autorisées (ces trucs pour enfant accessibles par un navigateur internet).  

Et puis non. L’Application Store a été lancée. Le kit de développement a été distribué gratuitement à des milliers puis dizaines de milliers puis centaines de milliers de développeurs, en quelques mois.

Et la richesse d’application est devenu l’argument de vente majeur. L’Iphone atteint 50 Millions d’unités vendues. Soit 3 à 4 fois les espérances affichées initialement. 180 000 applications sont disponibles, 4 milliards d’applications téléchargées, un succès sans précédent dans l’histoire de l’informatique.

iphone-application-300x189.jpg

Mais avec 25% de part de marché sur les smartphones, l’iPhone se retrouve maintenant en situation de leader et doit défendre ses positions face à Androïd, de Google. La bataille étant assez inégale puisque Google a environ 1,5 Md d’utilisateurs et distribue son OS gratuitement. Et Androïd se défend bien, ayant déjà atteint 9% de PdM en février, malgré une experience utilisateur nettement moins bonne mais porté par des prix inférieurs.

Parallèlement la concurrence entre développeurs est tellement forte que les prix sont écrasés (la moitié des applications payantes est à 1$), et qu’il devient difficile pour eux de gagner leur vie. De fait, le revenu moyen généré par appli est d’environ …1500$. Ca paie pas grand chose. C’est heureusement plus pour les applis les plus sérieuses.

Apple joue donc gros.

iphone-os-4-0302-rm-eng.jpg

C’est pourquoi il a mis le paquet pour les choyer:

– la dernière mouture de l’iPhone Os (4.0) comprend 1500 nouvelles APIs (des morceaux d’appli pré-machées) contre seulement une centaine de nouvelles fonctionnalités pour l’utilisateur final. Avec un soin particulier pour permettre le multi-tâche, c’est-à-dire l’utilisation de plusieurs applis en même temps. Et la limite du nombre maximal d’applis étendu de 180 à 2160

– les applis parasites du style « bouton d’appel de ma soeur » ont été supprimées de l’app Store

– une régie publicitaire est lancée qui va permettre à des développeurs de gagner de l’argent sur des applis gratuites

– les applis développées sur des outils non apple sont interdites; ce qui est une autre façon de dire que seuls les développeurs de l’univers apple, ou qui s’y mettront, pourront profiter du marché iPhone et iPad

– pour les jeux, et donc attaquer le marché des gameboys et ds, un réseau social multi-jeux, disponibles pour tous afin de comparer ses performances et inciter à utiliser de nouveaux jeux

Et il faut bien voir qu’il s’agit bien d’aider les développeurs pour rendre l’ecosystème séduisant (et vendre du hardware), et non pas de tirer des revenus directs de la vente de logiciels: le CA iphone + iPod Touch en cumulé fait autour de 40Md $. A comparer au CA applications, environ 100m$, soit 400 fois moins…

Developpers, developper, developers… à vos claviers.

iphone-os-4-0366-rm-eng.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s